Voici une réponse créative à une question classique


Quel type d’entrepreneur êtes-vous ?

Cette question m’a été posée dans le cadre d’un concours. À titre de cofondateur du cabinet Verreau Dufresne Avocats et d’initiateur de différentes entreprises, voici ma réponse très… particulière !

Une question fort pertinente. Je ne me la suis jamais vraiment posée. Chose certaine, la question mérite réflexion, même un peu de recherche. Je me dirige donc sur Google. Quelques articles attirent mon attention. Voyons ce que Nicolas Duvernois de PUR Vodka se plaît à raconter sur les types d’entrepreneurs. Je lis, j’apprends de lui, car il n’est pas question que je vous donne une réponse trop traditionnelle. Je ne me démarquerais alors certainement pas dans ce concours. Car j’ai vite appris que pour se démarquer, il faut faire autrement.

Je me nomme Stéphane Verreau Verge, 33 ans. Avocat de formation et entrepreneur de vocation. Associé fondateur du cabinet Verreau Dufresne Avocats et initiateur de plusieurs autres projets dans le domaine juridique.

Nous sommes lundi le 21 septembre. Il est 10h38. Je relis mon précédent paragraphe et je me demande où je m’en vais avec tout ça. J’ai l’impression de vous écrire un roman plutôt que de rédiger un dossier de candidature. Cela pourrait me nuire, peut-être. Mais cela pourrait me faire gagner des points… C’est un risque. Un risque que je suis prêt à prendre. Le risque, c’est risqué, mais pas toujours à la même intensité. En fait, on peut toujours le contrôler. C’est ce qui rend le risque aussi passionnant !

On peut penser que de suivre les sentiers battus est une façon de contrôler le risque. Surtout dans un domaine conservateur comme le domaine juridique. C’est peut-être vrai, je n’ai jamais vraiment essayé. C’est la créativité qui nous conduit à faire les choses autrement. Elle nous permet de convaincre les autres que nous sommes différents. La créativité a un côté mystérieux, et le mystère fait parler, il attire les gens. La créativité est sans contredit un atout en affaires.

Mais revenons à M. Duvernois. Deux de ses chroniques attirent mon attention. La première : « Quel type d’entrepreneur êtes-vous ? ». On parle de l’entrepreneur au profil puriste, du spécialiste, de l’opportuniste, du socialiste, du bouddhiste. Je lis les définitions. Rien ne me correspond à 100 %. Je termine la lecture de cette chronique avec une seule question, mais peu de réponses. Qui suis-je en affaires ?

Article suivant. Duvernois l’intitule « Un nouveau spécimen d’entrepreneur est en train de naître ». Un titre qui frappe. D’abord, il parle de nouveauté et de naissance. Je suis à peu près certain qu’il va parler de la relève entrepreneuriale. Le titre est fort. Il parle de « spécimen ». On dirait qu’on parle d’un insecte ou d’un animal. Je suis curieux… Comme d’habitude, j’ai besoin de comprendre, de justifier ce choix de mot. Bref, de ne rien laisser au hasard.

En moins de 4 secondes, Google me propose la définition du Larousse. « Spécimen : être ou objet qui donne une idée de l’espèce, de la catégorie dont il fait partie ». Inspirant comme définition, n’est-ce pas ? On peut dire que ce titre suscite l’intérêt du lecteur ! Ça y est, je me lance. Le titre est-il cohérent avec son contenu ?

Premièrement, Duvernois mentionne que nous assistons à la naissance d’un nouveau type d’entrepreneur : l’entrepreneur « humain ». Ça m’interpelle, j’ai peut-être trouvé ma catégorie, je vais peut-être savoir qui je suis… Je poursuis ma lecture. « Fini les profits à tout prix, le saccage de nos ressources naturelles, les conditions précaires pour les employés, l’évitement fiscal ou la sous-traitance au Myanmar, l’entrepreneur humain veut avant tout être un partenaire de la société dans laquelle il vit ». Oui ! Je crois que c’est moi. Je poursuis. On parle d’un entrepreneur qui se lance en affaires non seulement pour améliorer sa propre situation, mais celle des gens qui l’entourent. Un entrepreneur qui comprend que les meilleures ententes sont celles où tous sont gagnants. On parle d’un entrepreneur qui sera reconnu davantage pour son héritage social que pour son héritage monétaire. Ça y est, je crois avoir trouvé le profil qui me correspond le mieux! Mais une chose cloche : l’entrepreneur humain semble trop parfait à la lecture de cette chronique. Or, je ne suis certainement pas si parfait… En fait, la seule chose que je me permets de conclure, à la lecture de cette chronique, c’est que je partage assurément les valeurs de cet entrepreneur humain.

Quant au reste, qui suis-je ? J’ai l’impression de tourner autour du pot, de ne pas avoir répondu à votre question. Mais tout à coup, j’ai un flash : c’est en cherchant la réponse à votre fameuse question que je vous démontre qui je suis ! À voir ce texte, je suis certainement un entrepreneur qui aime s’amuser, mais également rigoureux avec une soif d’apprendre, un entrepreneur qui est d’avis que chaque question posée mérite d’être analysée en profondeur et d’être motivée par des faits (comme la présente question). Je suis certainement un entrepreneur qui a le souci de se démarquer en utilisant créativité et audace. Un entrepreneur qui fait les choses autrement. Cela comporte des risques, mais je suis un entrepreneur qui aime le risque et les défis qui s’en suivent. Et chose certaine, les valeurs de l’entrepreneur humain sont miennes.

Parce que des avocats créatifs, c’est la signature de notre cabinet. Et vous, quel type d’entrepreneur êtes-vous ?


Note : Les informations présentées ci-dessus sont d'ordre général et ne constituent pas des conseils juridiques. Afin d'obtenir un avis sur votre situation juridique particulière, n'hésitez pas à communiquer avec l’un de nos avocats de Québec, Lévis ou Montmagny.

Stéphane Verreau Verge
Me Stéphane Verreau Verge

Me Stéphane Verreau Verge est fondateur et associé du cabinet. Il est récipiendaire du Mérite Innovations-Accès justice, une prestigieuse distinction remise par le Barreau du Québec pour reconnaître ses innovations dans la pratique du droit. Également, il a remporté le prix du Jeune Barreau de Québec lors du Gala des Maîtres 2017. Finalement, il a été nommé par le média juridique Droit Inc. avocat productif 2016 et nominé au palmarès des 15 avocats de 2016, parmi l'ensemble des avocats du Québec. Me Verreau Verge a acquis d'excellentes aptitudes de plaideur en matière de litige civil et commercial.


Articles récents



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *